agilite, coaching, facilitation

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 20 décembre 2011

Les niveaux de maitrise de l'agilite


C'est un point sur mon parcours et une clarification des métiers du « milieu à Gilles » pour sortir de ce terme vague « d'agiliste » et présenter un cheminement pour les « coachs Agiles » qui souhaitent se professionnaliser.

Lire la suite...

lundi 19 décembre 2011

l'agilite un sujet de trop

L’agilité est elle morte ? Faut il la tuer ? La défendre ? S'en aider ?

Peut être que la vérité est tout simplement ailleurs, l'agilité est devenue un sujet qui parle, aide, et qui ne faillit jamais, vous ne trouvez pas ça étrange que l'agilité fasse autant de choses ?

Lire la suite...

jeudi 28 avril 2011

Agilité et coaching : des gènes communs

C'est intéressant de voir d'ou vient le coaching,

Certains professionnels ont eu plus de succès que d'autres dans leur métiers, ils ont commencé à former (sur le savoir) leurs collègues, puis à être tuteur pour leurs transmettre le savoir faire.

Ensuite ils sont devenus consultants, et sont aller sur le lieu de travail de leurs clients pour les conseiller sur la mise en application de ce qui à marché chez eux et apporter à leurs clients les meilleures pratiques.

Après cette étape, ces consultants sont passés de j'accompagne sur à j'accompagne quelqu'un, ce qui à donné le coaching professionnel. l'idée étant d'accompagner quelqu'un pour qu'il découvre par lui même ce qui fonctionne le mieux pour lui, de lui permettre de gagner de la bouteille et d'être autonome.

Actuellement l'agilité touche à la fin du conseil (on passe les gens à Scrum, on ne fait pas de l'accompagnement à façon) et découvre tout juste le coaching.

avec un peu de recul (cela fait 3 ans que je me suis formé au coaching) je suis surpris de voir que dans les pratiques Agiles, il y a déjà des fondamentaux du coaching.

  • C'est un mode de régie, on achète du temps, le client se fait coacher pendant quelques minutes, après il décide si cela lui convient et à chaque itération (on parle de séance de coaching), il peut dire stop, il n'y a pas de création de dépendance, on demande juste une séance de clôture.
  • L'objectif du coaching doit être aussi clair test unitaire (le test passe ou pas, l'objectif est atteint ou pas); d'ailleurs je préfère parler de développement dirigé par les objectifs au lieu que de développement dirigé par les tests, les tests n'étant qu'une manière de fixer les objectifs que doit atteindre le code.
  • L'objectif à atteindre ne doit dépendre que du client, en coaching d'équipe, l'objectif ne dépend que des personnes présentent dans l'équipe, pour éviter la dépendance.

C'est comme dans l'agilité et le travail en équipe pluridisciplinaire (toutes les compétences pour faire le logiciel doivent être présentent dans l'équipe pour que l'équipe puisse livrer un logiciel utilisable sans dépendre d'autres services).

  • On établi un contrat clair avec le coaché, ce contrat définit les rêgles du jeux ainsi que le mode de fonctionnement (ce qui s'apparente à la définition de terminé et la charte de projet).
  • Cela demande une forte implication du client, c'est pourquoi il paye d'avance ( il se fait rembourser si il souhaite arrêter), on en parle pas beaucoup dans l'agilité, mais une itération commencé devrais être payé d'avance.
  • C'est le client qui sait ou il va et comment il va vous utiliser, comme dans l'agilité, c'est son produit, c'est son objectif et il vous à disposition pour avancer.

Je travail actuellement sur le programme pédagogique d'une formation de coach pour les coach agiles et je me dis qu'un bon coach agile, peut rapidement devenir un bon coach tout cours, il suffit qu'il change ses pratiques d'ingénierie par des pratiques de coaching avec une formation adapté.

Et vous, vous sentez vous coach dans l'âme ?

Un coach ou un coach ?

Coach et coach, c'est un mot qui à plusieurs sens, selon si on l'utilise dans un contexte Français ou dans un contexte Américain.

Ces mots n'ont pas suivi le même cheminement, pour la France, le coach était à l'arrière des diligence et avait pour charge de conduire les voyageurs à bon port.

Le coa(t)ch au US est l’entraineur de l’équipe de football américain, un positionnement beaucoup plus directif, pour ceux qu’il accompagne, c’est aussi lui qui était le chauffeur du bus qui amenait l’équipe au match, c'est pourquoi les bus s’appel «coach».

On a donc deux positionnement et deux métiers différentes pour le même mot, on coach sur l’agilité, sur Scrum, c'est les coach "en quoi", ou on accompagne des clients vers leurs objectifs.

Nous sommes à cette période charnière dans l'agilité, formateurs sur l'agité Scrum etc..., puis consultant, puis coach Scrum, coach agile, puis se mettre à accompagner leurs clients vers leurs objectifs.

La particularité de l'agilité c'est que les germes de cette profession de "coach en qui" sont déjà présents, que ce soit dans les pratiques d'ingénierie ou dans Scrum, il y a des similitudes étonnantes.

Et vous êtes vous accompagné sur quelque chose ou accompagné par quelqu'un ?